L’enfant Noël



Le sapin est fait.

Ben oui, déjà!

J’ai commencé les préparatifs plus tôt qu’à l’habitude cette année.

Depuis toujours, j’attends le 1er décembre avant de sortir toutes les décos de Noël. Le 1er décembre, ça a toujours été la date acceptable dans ma famille, le coup d’envoi officiel, le signal qu’on peut débuter les festivités. Mais cette année, j’ai décidé de faire les choses autrement. Au diable les traditions!

J’ai reçu mon frère, sa blonde et ma nièce Emma pendant le weekend du 24 novembre. Pour une fois que j’avais un enfant dans la maison, ça m’a donné envie d’en profiter à fond et d’installer tout de suite la magie des Fêtes! J’ai donc convaincu mon chum d’acheter un sapin artificiel (à mes yeux, un naturel serait rendu ben trop sec le 25 décembre!) en attendant qu’on fasse le « vrai » dans quelques jours.

Je sais pas trop si j’ai réussi à lui faire vivre la magie de Noël dans son coeur comme je le souhaitais. Je sais que j’ai essayé du plus fort que je pouvais, mais ce que je sais surtout, c’est qu’ELLE en a mis beaucoup dans le mien!

À chaque matin, on avait le même petit rituel: elle venait me réveiller vers 6h- 6h15 (moi qui adoooore dormir!) en se collant sur moi dans le lit. En me chuchotant toutes sortes de secrets importants du genre, le nom qu’elle va donner à son nouveau toutou, ce qu’elle a le plus hâte de faire dans la journée et « j’ai faim je veux une tartine-pas-grillée-au Nutella-avec-des-framboises ». Quand ça vient d’elle, tout devient d’une importance capitale à mes yeux. Dossier prioritaire, réveillée ou pas, matante Julie a une mission à accomplir.

On a fait plein d’activités. On est d’abord allé magasiner. Son pyjama étant rendu trop petit, j’ai eu envie de lui en trouver un autre. Finalement, elle est repartie avec deux nouveaux pyjamas, (dont un à patte avec des licornes dessus qui l’a fait capoter!), une robe de chambre, une robe de Noël et 2 pulls… matante ayant ben trop de fun à l’habiller! Dans la cabine d’essayage, j’avais un plaisir fou à lui faire essayer tout ça, à voir son beau grand sourire quand elle se regardait dans ses nouveaux vêtements, tournoyait sur elle-même pour faire virevolter sa jolie robe au vent.

On a cuisiné des biscuits de Noël aussi. En fait, j’ai cuisiné et elle a mis la préparation dans les moules…en prenant soin de prendre 2-3 bouchées crues au passage en riant.

Je lui ai lu une histoire avant le dodo, alors que j’étais brûlée et ne rêvais que de me coucher pour le mien.

Bref, quand ils sont repartis le dimanche, j’étais V-I-D-É-E raide! Je ne suis vraiment pas habituée à ce rythme soutenu, sans répit. Parents de jeunes enfants, vous avez toute mon admiration de faire ça à l’année! Où trouvez-vous l’énergie?

Mais, malgré la fatigue, j’avais surtout le cœur rempli. Ces petits moments volés du quotidien, quand on n’y a pas accès à tous les jours, je vous le jure que ça vaut de l’or. Ça vaut tous les cadeaux et sapins de Noël combinés.

Un enfant dans une vie, c’est Noël à l’année.

Sur ce, bons préparatifs, bon temps des Fêtes, profitez, savourez et collez ceux que vous aimez!

On se retrouve en janvier, probablement un peu plus enflé et cerné, mais le cœur plus léger!

Joyeuses Fêtes!

Julie xx

Partager:

À lire aussi

Julie
Les états d’âme de Julie
Mon marathon
Julie
Les états d’âme de Julie
La demi-lune
Julie
Les états d’âme de Julie
C’est reparti mon kiki