La demi-lune



Il y a quelques jours, c’était mon anniversaire.
J’ai eu 45 ans.
Je sais, ça fesse quand même, c’est un beau gros chiffre.

Et comme à chaque fois, je replonge, l’espace d’un moment, dans mon passé.

Les débuts.

Pour la petite histoire: je suis née le 22 septembre 1974 à l’hôpital de Sept-Îles.
J’étais une petite fille au visage un peu frippé (après tout, je venais de subir le choc de la naissance!) et aux cheveux… noirs! Ça avait surpris tout le monde. Ma mère et mon père étant blonds, un bébé aux yeux en amandes et aux cheveux noirs, ça saisi un peu! (Tellement que ma mère pensait presqu’il y avait erreur sur la personne, qu’on s’était trompé à la pouponnière.) Finalement, ma chevelure foncée est tombée quelques semaines après… et les cheveux blonds sont apparus. J’étais vraiment une Bélanger!

À ce qui paraît, je n’étais pas un bébé facile.
Je pleurais beaucoup, ma mère raconte, encore à ce jour, qu’elle n’a pas dormi les 6 premiers mois de ma vie. Pauvre petite Miman d’amour. J’étais son premier enfant, elle n’avait que 24 ans… si jeune pour avoir un bébé! Mais à l’époque c’était la norme, même qu’il se faisait tard selon les bons curés! Bo-boy!

De l’enfant joufflu et souriant sur les photos délavées qui traînent dans les albums photos chez mes parents, je ne sais pas trop ce que j’ai gardé. Le tempérament, ça oui. Quand ça n’allait pas à mon goût, je montais les escaliers en faisant exprès pour faire résonner mes sabots de bois! La petite en avait dedans…et en a encore! Toujours été sensible aussi, rêveuse, à m’imaginer les plus belles histoires et plus beaux scénarios de prince charmant… La base y était déjà.

Mais bref, tout ça est si loin!

Quand j’ai eu 40 ans, je me souviens à quel point ça m’avait fait plaisir. Je l’avais accueilli à bras ouverts, cet anniversaire-là, fière d’être rendue là, de où j’étais dans ma vie, dans mon coeur aussi. J’avais même eu un gros « surprise » avec tous mes amis, je m’étais achetée une nouvelle robe, fait maquiller et coiffer, la totale quoi!

Je me retrouve 5 ans plus tard et j’avoue que là, le chiffre fesse fort.
Du coup, je ne suis plus dans la jeune quarantaine (en fait, je ne peux plus prétendre à rien de jeune!). Je suis une femme. Qui s’en va sur la cinquantaine. Je viens de franchir un cap important quand même.

 

Pour célébrer cette année, je voulais de la tranquillité, de la nature, du temps doux avec mon amoureux. C’est de ça dont j’avais envie, pas de party, personne d’autre que nous deux. On a donc passé le weekend dans un chalet, à faire du canot, du pédalo, à se baigner dans le spa, faire du BBQ et même un feu de bois. Un condensé d’activités d’été en une seule journée.

En admirant le lac et les couleurs d’automne (c’est siiii beau!) j’ai vu la lune dans le ciel. Elle était à mi-chemin de son parcours, une belle demi-lune en plein jour. Et j’ai pensé que j’étais comme elle, rendue à mi-parcours moi aussi, une demi-lune en plein jour.

On m’a dit qu’à partir de 45 ans, c’est le début d’une nouvelle vie. Ça fait du sens. Aucune idée vers où je vais aller, mais je suis impatiente de le découvrir. Après 45 ans passée ici, je peux l’affirmer haut et fort, j’aime la vie et elle me le rend bien. Hâte de découvrir la face cachée de ma lune, l’autre moitié de mon parcours.

Julie

Partager:

À lire aussi

Julie
Les états d’âme de Julie
Mon marathon
Julie
Les états d’âme de Julie
C’est reparti mon kiki