Pierre-Yves Lord

J’ai connu Pierre-Yves Lord à mes débuts de carrière en radio à Québec. Il a toujours été le même gars sympathique, drôle et talentueux. Avec les années, on a découvert d’autres facettes de lui, le père de famille, l’homme d’affaires et l’animateur, capable de questions sérieuses et profondes. Les années lui vont bien et j’étais contente de le retrouver le temps d’échanger sur la vie.



No 1

On ne sait rien et on ne connaît rien.

On dirait que lorsqu’on poursuit un certain parcours académique, on en vient à croire qu’on connaît plein de choses. Alors que, à mon avis, l’expérience et l’aventure humaine sont plus pertinentes. Bien sûr, on emmagasine plusieurs informations avec le temps. Je reste pourtant convaincu qu’il n’y a rien de plus puissant que la vie et les erreurs qu’on commet pour nous remettre à notre place et nous rappeler qu’on ne sait rien, et ce, peu importe le nombre de connaissances qu’on a accumulées. C’est à partir du moment où on le réalise et qu’on l’accepte, qu’on peut se permettre de vivre une vie plus curieuse et qu’on se met à apprendre véritablement.

C’est principalement grâce aux échecs que j’ai vécus – autant dans ma vie professionnelle que personnelle – et des coups de pelle que j’ai reçus dans la face que j’ai le plus appris. Ce qui devrait servir à t’endurcir la mâchoire sert plutôt à te ramollir, à te rendre plus sensible et à te réveiller quand tu penses que tu es en contrôle des choses.

Ça ne se peut pas une vie sans échec! On essaie de les éviter et on se laisse souvent abattre par eux. Arrive un temps où on apprend à les accepter, à les transformer et à aller chercher le positif dans chacun d’eux. Quand on comprend ça et qu’on ne sombre pas dans la déprime à chaque épreuve, on apprend un peu plus.

No 2

La recherche de positif peut s’avérer une expérience négative.

Si on ne se concentre que sur le grand bonheur qu’on aimerait vivre, sur l’argent qu’on pourrait avoir, l’amour qu’on aimerait recevoir; on s’isole. Ce processus est ultimement néfaste parce qu’on en vient à s’inventer des lacunes et des manques. Au lieu de vivre dans une quête perpétuelle et sans fin, vaut mieux apprendre à vivre le moment présent tout simplement et à accepter ce qu’on a. Ça génère un plus grand bonheur que de courir après quelque chose qui ne fait que nourrir notre appétit pour des trucs inatteignables.

Avant, j’étais toujours à la recherche de quelque chose de plus, au niveau professionnel et sentimental. Je me comparais beaucoup et je développais certains doutes par rapport à ma situation. Un jour, je me suis dit: « Ça peut pas être ça! J’ai 40 ans! J’attends quoi? Je suis ce que je suis! Je suis là où je suis. Alors, savoure-le parce que ça peut partir de même! Tu vas être mal pris si tout s’effondre. Au lieu de courir comme un cave, profites donc ce que tu as. Et pour le reste, tant pis! »

Pour vrai, si on gagnait 10 millions ma blonde et moi, je ne pense pas qu’on déménagerait. Je suis bien chez nous! C’est le nid de la famille. Mes enfants sont heureux ici. Il y a 15 amis qui habitent dans notre rue. Ça m’apporterait quoi d’aller me faire construire un gros château en haut d’une montagne? Est-ce que je serais mieux dans une maison avec des grandes pièces, pleine d’écho et des peintures sur les murs? Ou dans ma maison avec ses petites imperfections?

No 3

La vie n’est pas juste, mais…

Je pense que je crois un peu au karma. Je suis conscient qu’il n’y a pas de justice dans le monde: il y a des bonnes personnes qui connaissent des fins atroces et des mauvaises personnes qui connaissent des succès non mérités. Mais j’ose croire que ça nous revient toujours, d’une manière ou d’une autre! Je ne peux pas le prouver, mais je le suppose!

Des fois, quand j’ai des coups de malchances, j’ai des petites chances qui m’arrivent par la suite. Quand je connais des succès, il y a des petits insuccès qui surviennent. On dirait que tout fini par s’équilibrer. Il ne faut rien prendre pour acquis, mais je pense sincèrement qu’on gagne à essayer de générer du bien et à être une bonne personne.

__

Pierre-Yves Lord est co-animateur de l’émission Deux hommes en or diffusée à Télé-Québec. Il anime aussi la websérie (dont il est l’idéateur) Ma génération sur Véro.tv ainsi que le jeu télévisé Mémorable! sur Ici Radio-Canada. Au courant de la saison 2019-2020, il sera à la barre de 100 Génies, un quiz mettant en vedette des jeunes aux connaissances exceptionnelles. On peut également le voir à l’émission Les Flots, à TV5.

Partager:

À lire aussi

Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Stéphane Bellavance
Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Marie-Josée Taillefer
Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Sébastien Benoit