Guylaine Tremblay

Guylaine Tremblay est l’une des comédiennes les plus aimées au Québec. C’est un fait, une évidence! On aime son talent, certes, mais son humanité aussi. Guylaine c’est une vraie, authentique, aimante. Et les 3 grandes leçons de vie qu’elle nous partagent ici sont tout à fait à son image. Je suis persuadée que vous aurez un déclic personnel en la lisant. (Pour ma part, celle sur l’importance de la clarté m’a beaucoup parlé!) Ce n’est pas pour rien qu’on l’aime!



No 1

C’est parfois nécessaire de désobéir dans la vie

On a tous été élevé à être de bons enfants, à obéir. Mais dans la vie, il y a des moments où on a des certitudes profondes en dedans de nous, qui ne sont peut-être pas appuyées par le reste des gens qui nous entourent, mais nous, on le sait que c’est cette chose-là qui va nous faire grandir. Et c’est à ce moment-là qu’il faut désobéir !

Pour moi, désobéir ça voulait dire m’en aller en théâtre. Il n’y avait pas grand monde dans mon entourage qui a sauté dans les airs quand j’ai annoncé ça. Mais même si j’avais déjà un cours en éducation spécialisée, je me disais, « non, c’est ça qu’il faut que je fasse ». Je me suis donc choisie. Car désobéir ça veut dire aussi se choisir.

Mon plus beau geste de désobéissance, ça a été l’adoption. Même si je ne pouvais pas avoir d’enfants biologiques parce que la nature me le refusait, moi j’ai dit, « je ne t’écoute pas, je désobéi, je vais quand même être une mère.» Désobéir, c’est aller contre l’idée reçue. Et désobéir ça fait de toi quelqu’un qui juge moins quand tu vois quelqu’un d’autre le faire.

Désobéir, c’est être dans sa vérité. Et la désobéissance, c’est ce qui fait qu’on reste en vie. Tu écoutes vraiment qui tu es, tes envies, tes désirs. Et je le dis même à mes enfants ! Mais évidemment, ils ont le droit de désobéir sur des choses fondamentales seulement, ils doivent quand même ranger leurs chambres !

No 2

Aider les autres

Le fait d’aider les autres, ça me procure une joie profonde. Ça donne le sentiment que tu peux, à ta modeste façon, changer le parcours de quelqu’un ou changer sa journée, pour la rendre meilleure. Pour moi aider ça donne vraiment un sens à ma vie. Quand tu aides quelqu’un et que tu sens que tu l’as soulagé d’un poids ou que tu l’as rendu plus heureux, la joie, tu la ressens presque physiquement.

Aider, ça se manifeste autant dans les grandes que les petites choses de la vie. Aider c’est être disponible, pour l’autre. Ça veut dire l’accepter sans le juger. Ça peut être autant écouter une amie en difficulté que d’aider une vieille voisine à porter son bac de recyclage trop lourd pour elle. Et aider l’autre, ça déclenche un sourire, un contact, un climat où l’autre se sent accueilli.

Avec mon métier, je ne sauve pas des vies, je ne suis pas une chirurgienne cardiaque mais à ma modeste façon, je crois qu’on embellit la vie des gens en leur racontant des histoires. Et pour moi il y a une relation d’aide là-dedans. Avec Unité 9, s’il y a des gens qui écoutent la série et qui sont touchés et qui pleurent, bien je me dis « on a servi à faire sortir des larmes qui peut-être ne seraient jamais sorties. Ils peuvent se nettoyer l’âme un peu, grâce à nos personnages ».

No 3

L’importance de la clarté

La clarté c’est presque une obsession en ce qui me concerne. La clarté est importante quand on s’exprime et on doit aussi l’exiger dans les réponses que l’on reçoit. Parce que ça évite tellement de malentendus, de chicanes, de silences, de zones grises.

La clarté, j’ai toujours eu ça en moi, mais j’ai dû la travailler. Des fois, je n’osais pas toujours l’être ou la demander de la part des autres. Mais maintenant je me dis que c’est tellement plus facile la vie quand tu exprimes les choses clairement. Et que tu t’assumes aussi car la clarté c’est aussi assumer ce qu’on dit.

Partager:

À lire aussi

Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Marie-Josée Taillefer
Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Sébastien Benoit
Entre nous
3 choses que j’ai apprises
Marina Orsini