L’été du self-love

Photo Julien Faugère



Ces jours-ci, je prends soin de moi.

Mon Dieu, ça fait longtemps que je n’ai pas fait ça! En fait, ça fait tellement longtemps que je ne savais pas trop par où commencer. Qu’est ce que je fais concrètement? Je bouge au ralenti.

La machine qui est habituée à fonctionner à plein régime ne fait que des petits ronrons tout doux. Je me couche tôt. (Bon, je sais que ça fait pas changement de quand je travaille, mais là, c’est par choix!) Souvent le soleil n’est même pas couché que je suis déjà sous les couvertures à regarder le fleuve, en lisant un bon roman. Le bonheur.

Ensuite je m’entraîne. Pas pour faire un marathon, j’ai juste repris un rythme sain pour bouger. Deux fois par semaine le Pilates et j’essaie de courir aussi au moins une fois. Des fois, j’y arrive, d’autres pas. Pas grave.
J’ai pris rendez-vous chez le médecin. Tsé le genre de truc qu’on reporte toujours à plus tard? Ben là, j’y vais. Juste pour faire le bilan de ma santé et de mon p’tit corps.

Et je suis allée consulter un naturopathe pour remettre de l’ordre dans ma bouffe. Comprenez-moi bien, j’ai toujours relativement bien mangé. Les légumes, la salade, les bonnes huiles d’olive, le fromage, tout ça fait partie de ma vie depuis toujours. Je n’aime pas vraiment le fast-food, ma seule tentation est la patate (frite ou en chips) et j’ai appris à m’en tenir loin (ça me donne des boutons, instantanément, mettons que ça enlève le goût!). Je n’ai jamais fait de diète de ma vie, trop peur de jouer avec mon métabolisme. J’ai une approche vraiment intuitive avec la bouffe, j’suis à l’écoute de mon corps, de mes envies. Sauf que… je vieillis. J’ai 44 ans. Clair que mon corps ne réagit plus comme avant. J’ai eu envie d’apporter des améliorations, du moins de m’interroger un peu plus sur ce que je consomme. Question d’avoir de l’énergie plus longtemps (j’étais du genre à avoir une baisse d’énergie à tous les jours vers 16h) et à me nourrir plus sainement.

Ben là, c’est ce que je fais.

Y’en a plusieurs qui pourraient dire que c’est plate de faire tout ça en vacances. Que c’est plutôt le moment de se laisser aller, d’en profiter. Je comprends le point de vue, je l’ai souvent eu moi-même. Par contre, je suis rendue à une période de ma vie où, je passe tellement tout le reste avant moi, à l’année longue, que là, me mettre en priorité sur la liste, en ressentir tous les bienfaits, ça me fait vraiment plaisir. C’est le plus beau cadeau de vacances que je pouvais m’offrir: du gros self-love.

En espérant maintenir le rythme quand le boulot reprendra.

D’ici là, je me chouchoute.

L’été c’est peut-être fait pour jouer, mais aussi pour s’aimer 🙂

Partager:

À lire aussi

Julie
Les états d’âme de Julie
Mon marathon
Julie
Les états d’âme de Julie
La demi-lune