Philippe Laprise

Ce qu’on les aime, les petits bonheurs de Philippe Laprise. Ils sont à la fois surprenants, touchants et parfois… assez drôles ! Intéressant de découvrir cet humoriste à travers ce qui le rend heureux.



L’endroit où tu te sens le mieux au monde ?

Dans ma tête, parce que je suis vraiment bien! Je m’invente des histoires, je profite du moment. Vincent Graton m’a déjà dit: « met ta face dans le vent et respire ». Et c’est vrai que ça fait du bien! Je pars dans mes pensées et j’aime ça!

Un moment de vie magique dont tu vas toujours te rappeler ?

Quand ma blonde a perdu ses eaux, avant le 25e Gala des Prix Gémeaux. On était en train de souper juste avant de s’y rendre quand ça s’est passé. J’étais supposé présenter un prix avec Pierre Hébert. On l’a donc appelé pour lui dire que je ne pouvais pas y aller. Louis Morissette et lui ont dû se revirer de bord rapidement! Ce soir-là, je n’ai pas gagné de prix, mais j’avais le plus beau des trophées dans les mains.

Les plus belles choses qu’on ait dites de toi ?

Qu’on me dise que je suis authentique, que je suis le même sur scène, à la télé, que dans la vie. J’apprécie quand les gens qui me rencontrent me disent: « Avec toi, c’est l’fun! On peut venir te parler et on jurerait que t’es notre chum depuis des années. »

Les 3 essentiels à ton  bonheur ?

Mon BBQ… avec mes chums de gars.
La motoneige… avec mes chums de gars.
Le Gin tonic… avec mes chums de gars. 

Mais pas les trois en même temps, haha!

Quoique… la scène, c’est ce qu’il y a de plus important à mon bonheur. Ce contact privilégié avec le public… si je ne l’avais pas, je pense que je mourrais à petit feu. C’est tellement l’fun! Je sens que je fais du bien aux gens qui viennent me voir, mais ils m’en font aussi.

 

Une odeur qui te fait du bien à tout coup ?

La lavande, je ne sais pas pourquoi mais ça me rend fou, ça m’euphorise. Dans une autre vie, je devais avoir un champ de lavande.

Ton objet préféré  ?

Ma guitare! Même si je n’aime pas jouer devant le monde. Je ne suis vraiment pas le genre à la sortir aux fêtes en disant: « Aye, on va chanter des chansons de Pelchat et de Séguin! » C’est juste pour moi!

La pièce préférée de ta maison ?

La cuisine. C’est là que tous les échanges se font; les meetings de famille, les rencontres, les rires, les excès de Gin tonic…
Il y aurait aussi eu la salle de bain, mais pour d’autres raisons… Parce que ça fait du bien d’être tout seul de temps en temps, haha.

La plus belle preuve d’amitié que tu as reçue ?

Mes amis Martin et Christine du Saguenay, peu importe l’événement, sont toujours là pour nous. L’année passée, à ma première à Québec, aucun ami n’avait pu venir parce que tout le monde travaillait. Et ces deux-là sont débarqués dans ma loge juste avant mon spectacle! J’étais tellement content que je me suis mis à pleurer. Ça m’a vraiment mis dans un bon mood!

Un voyage dont tu te rappelleras toute ta vie? 

Mon ami Jean-François Néron, qui est propriétaire des boutiques Cycle Néron, m’a invité à aller avec lui en Californie pour aller essayer des nouveaux modèles de vélo. Je suis allé à San Francisco et j’ai traversé le pont du Golden Gate à bicyclette. Ça m’a fait capoter! Je suis allé visiter un vignoble… je me suis mis à parler en anglais avec le gars qui faisait la dégustation. Je le comprenais à peine et je suis presque certain qu’il ne me comprenait pas non plus. J’étais incognito! Personne ne me connaissait là-bas. J’aurais pu me promener tout nu… Bon, je me serais sûrement ramassé en prison, mais personne ne m’aurait reconnu, haha.

La saison que tu préfères ?

L’hiver! L’automne, ça me déprime et l’été, il fait trop chaud… je suis un ours, moi! Alors, l’hiver, j’adore ça! Surtout parce que j’aime les activités extérieures!

Quelqu’un m’a déjà dit: « dans la vie, il faut que tu trouves ta roche ». Ça signifie qu’on doit se trouver une activité qui fait qu’on se sent bien. Et pour moi, c’est partir en montagne avec ma motoneige. Je fais aussi du snowboard et j’aime passer la souffleuse. Je m’en suis achetée une juste parce que j’aime la passer, même si on a 2 graines de neige à Montréal, haha. Mais… j’ai un chalet au Saguenay-Lac-Saint-Jean et ça me permet de vaquer pleinement à mes occupations hivernales.

Un film qui te fait du bien ?

J’ai deux passions: les comédies musicales et les films de Marvel. Avec The Greatest Showman, j’ai un peu des deux, parce que le comédien principal (Hugh Jackman) est aussi un personnage de films de super-héros. Les comédies musicales, ça me rend de bonne humeur!

Un livre qui a changé ta vie ?

Mon cerveau a besoin de lunettes d’Annick Vincent. Ce livre qui parle du TDAH. Je l’ai lu avec ma fille quand elle avait 7 ans. J’ai braillé comme un bébé. Ça explique ce qu’est un trouble du déficit de l’attention et de l’hyperactivité et aussi, ça démystifie la prise de médication chez les enfants. Ce qu’il faut comprendre, c’est que les médicaments pour un enfant qui a un TDHA, il en a besoin au même titre qu’un enfant myope a besoin de lunettes.

Ton rituel bien-être par excellence ?

Quand je veux me faire du bien, je fais du BBQ. J’aime faire de longues cuissons de 12 heures. Alors, je m’installe en surveillant mes petites affaires, en prenant une bière ou un Gin et en profitant de mon petit foyer extérieur.

Ton bonheur est à la campagne, à la mer ou en ville ?

En fait, ce que j’aime à chaque fois que je pars en voyage, c’est aller mettre mes pieds dans l’océan. Je regarde au loin, la face dans le vent. Je peux rester comme ça pendant deux heures. Je sens les vagues qui déferlent sur mes jambes. Je me laisse imprégner. C’est notre « running gag » à ma blonde et moi. On se photographie toujours les pieds dans l’eau quand on voyage.

Alors, mon bonheur, il est un peu partout, mais ce moment précis, je l’apprécie particulièrement.

Ton plus beau souvenir d’enfance ?

Je devais avoir environ 5 ans. Je faisais de la bicyclette et l’une de mes petites roues sur le côté s’est brisée. J’étais chez mon ami. Je n’ai pas paniqué, j’ai pris ma petite roue et je suis parti chez nous. Mon père m’a vu arriver. J’avais peur qu’il me chicane. Il m’a dit:

-« Qu’est-ce que tu fais là?… »
-« J’ai cassé ma roue! »
-« Bravo!»
-« Hen? Pourquoi? »
-« T’as appris à faire du vélo à deux roues tout seul! »

J’étais ben content!

__

Pour suivre Philippe Laprise:
Facebook: @phillaprise
Instagram: @philippe_laprise
philippelaprise.com

Partager:

À lire aussi

Entre nous
Le bonheur selon...
José Gaudet
Entre nous
Le bonheur selon...
Maude Guérin