Kim Thuy

Kim Thuy est une femme qui me fascine. Par son talent certes, son parcours, mais aussi par sa façon de voir la vie. De capter chaque parcelle de bonheur, peu importe où il se trouve ou comment il se présente. Après tout, elle a bien raison, il suffit parfois d’ouvrir les yeux pour y voir la magie.



L’endroit où tu te sens le mieux au monde?

Partout, n’importe où! Je n’ai pas besoin de me déplacer pour être bien. Je peux être heureuse en étant tout simplement assise sur une bûche. Ou dans mon lit où je pourrais facilement y rester pendant des heures. À condition que les draps soient blancs. S’ils sont colorés ou à motifs, ça m’empêche de réfléchir. C’est comme si, pour moi, ce n’était pas une page blanche. Ça me fait même faire des cauchemars.

Une journée où tu te sens belle, c’est une journée…

Où j’ai bien travaillé et où j’ai appris plein de choses.

Un moment de vie magique dont tu vas toujours te rappeler?

Il y en a tous les jours, des petites choses magiques qui se produisent au quotidien. Comme par exemple, mon fils autiste qui vient m’embrasser dans le cou et qui me donne un bec avant d’aller faire dodo. Les parents qui n’ont pas d’enfant avec un handicap ne le réalisent pas, mais chacun de ces petits gestes est un miracle de la vie. Ça me procure un bonheur tellement grand que c’est magique.

J’en vis aussi avec mon plus vieux, qui étudie en droit en ce moment. Il y a quelques temps, il me parlait de son cours de droit constitutionnel. Je lui dis: « Ah pauvre toi! Il faut le faire et ce sera derrière toi! » Il me répond: « Maman, tu ne comprends pas! J’ADORE ce cours!! » Il me parle de son prof comme si c’était une rock star. C’est un miracle, parce que ce n’est pas évident de trouver tout de suite ce qu’on veut faire et d’aimer l’étudier. Surtout que lorsqu’il s’est inscrit dans ce domaine, il l’a fait par défaut, parce qu’il n’avait pas vraiment d’autres intérêts. Alors, c’est merveilleux qu’il soit motivé et heureux.

Une odeur qui te fait du bien à tout coup?

La feuille de tomate. Elle a un parfum exquis. Un jour, j’écoutais les descriptions d’un sommelier qui disait: « ça sent un peu la feuille de tomate ». Dans ma tête, j’ai pensé: « c’est n’importe quoi! ». Par curiosité, comme c’était l’été et que j’avais un plant de tomates, je suis allée m’en cueillir une pour le lunch. Au même moment, il y a eu un petit coup de vent et je l’ai senti! C’est incroyable! C’est une odeur qu’on devrait embouteiller, haha.

Les plus belles choses qu’on ait dites de toi?

À la fin d’une conférence, une personne est venue me voir et m’a dit: « Vous savez pourquoi on vous aime? Parce que vous êtes une femme libre. » Elle est partie sans m’expliquer et je n’ai pas trop cherché à comprendre. Dans le même mois, on m’a redit exactement la même chose. Je ne comprenais toujours pas ce que cette personne voulait dire. J’en ai parlé avec un journaliste et il m’a avoué qu’il avait toujours, lui aussi, envié cet aspect de moi. Alors, je ai demandé de m’expliquer. Il m’a répondu: « vous vous accordez la liberté d’être, d’être libre, de ne pas aimer, de vous émerveiller ». J’ai apparemment cette capacité. Avant, je n’en avais pas conscience et maintenant, je le réalise et j’en prend soin. Je crois que c’est le plus beau cadeau que j’ai reçu. Je ne sais pas d’où ça vient, mais je l’ai. On naît tous avec des dons différents, et pour moi, c’est la liberté d’être.

Les 3 essentiels à ton bonheur?

Je considère que tout fait parti de notre bonheur. Oui, la vie va nous lancer des défis et nous envoyer des épreuves, on traverse des hauts et des bas, mais ça n’affecte que la surface. Notre bonheur est à l’intérieur de nous. Et s’il est parfois atteint, ça ne devait être qu’éphémère.

Ton objet préféré ?

Le dictionnaire. Si je devais apporter un livre sur une île déserte, ce serait le dictionnaire. De noms propres et de noms communs, comme Le Petit Robert. On ne le réalise pas toujours, mais c’est en fait un outil très moderne qui répertorie les nouveaux mots et qui évolue avec la langue. À chaque année, il est mis à jour. C’est l’objet le plus précieux parce qu’il contient nos connaissances, nos émotions, nos sentiments, nos sensations. C’est l’humanité au complet qui se retrouve dans un même instrument. C’est notre coffre aux trésors. Ça définit qui nous sommes, qui nous avons déjà été, ce que nous pouvons être et surtout nos ambitions.

La pièce préférée de ta maison ?

Celle où je suis la plus présente… la cuisine! Si je veux voir mon monde, je reste dans la cuisine. On passe inévitablement par là quand on veut manger. C’est un incontournable.

Un petit détail qui te met toujours de bonne humeur?

Être témoin d’un geste gentil échangé entre deux étrangers. Quand j’en vois un, ça fait ma journée et ça me rend heureuse. Observer des actes de bienveillance, on dirait que ça compense avec toutes les atrocités qu’on peut lire dans les journaux et voir aux nouvelles. Ça nous réconcilie avec nous en tant qu’humains. Ça nous rappelle à quel point on est capables d’être grands et d’être bons.

__

Pour suivre Kim Thuy
Facebook: @kimthuy.lythanh.7
Instagram: @kimthuylythanh

Partager:

À lire aussi

Entre nous
Le bonheur selon...
Maude Guérin
Entre nous
Le bonheur selon...
France Beaudoin