José Gaudet

Mon buddy! Ça fait des années maintenant que je côtoie José Gaudet et, à son contact, on se rend vite compte qu’il n’est pas seulement quelqu’un de drôle et d’extraverti, c’est aussi un sensible, très à l’écoute des signes que la vie lui envoie. Voici ce qui fait son bonheur!



Un moment de vie magique dont tu vas toujours te rappeler?
Les premières images qui me viennent en tête, c’est assurément à la naissance de mes enfants.

Mais c’est aussi… Au 15e anniversaire des Grandes Gueules, quand on a quitté la radio pour la première fois. Ils nous ont organisé un party au Métropolis et nous ont fait faire des chandails #15 qu’ils ont retiré au plafond. C’était comme voir ma vie défiler devant moi. Pendant ces 15 ans, j’ai franchi plein d’étapes importantes; je me suis acheté un condo et ensuite une maison, je suis devenu papa, j’ai eu mon chien…En fait, je suis devenu un homme à la radio.

Il y a un autre moment que je n’oublierai jamais, jamais, jamais; c’est lorsque nous avons animé le 24e Gala Artis, Mario (Tessier) et moi. Le moment où on nous a dit: « on est en direct dans une minute »… cette minute-là est spectaculairement gravée dans ma mémoire. Je me souviens de monter les marches sans sentir mes pieds sur les escaliers, ni ma main sur la rampe. C’était comme aller à l’abattoir pour nous; on n’avait jamais animé à la télé et encore moins en direct! Aujourd’hui, quand j’y pense, je me dis: « Wow! On l’a fait! On a eu le courage de se lancer! » Un super souvenir!

Les plus belles choses qu’on ait dites de toi?
Que je suis pareil à la télé que dans la vie. Et que je suis quelqu’un de fiable et que je livre la marchandise promise!

Les 3 essentiels à ton bonheur?
La santé!
Du temps!
L’amour!

Une odeur qui te fait du bien à tout coup?
Tout ce qui sent frais et propre. Vous savez, le genre « fraîchement sorti de la douche »!
Ça et la tarte aux pommes!

Ton objet préféré ?
Un de mes objets préférés, c’est un vieux micro qui date des années 50; un vrai modèle à l’ancienne trouvée chez un antiquaire. Je n’avais pas rêvé de faire de la radio étant jeune, mais la vie m’a amenée à cet univers. J’ai même marqué l’histoire de la radio au Canada. J’accorde alors une importance particulière à ce micro, parce que c’est comme s’il est le symbole de ma carrière.

La pièce préférée de ta maison ?
Mon « Poker room » !! J’ai la chance d’avoir mon « man cave ». Quand j’ai vu cet espace en dessous du garage lorsque j’ai acheté la maison, je me suis dis: « ce serait un parfait espace de gars ». C’est comme un bunker! Ça n’avait pas été conçu pour accueillir de la déco et des meubles, mais j’ai eu l’aide de (la designer) Marie-Christine Lavoie et de Design VIP pour concrétiser mon idée. On en a fait une pièce spectaculaire: un petit bar, un coin Poker, un petit lounge. C’est fou!!

Un petit détail qui te met toujours de bonne humeur?
Quand je me trouve une place de parking en face de la porte, je sais que j’aurai une bonne journée, haha.

La plus belle preuve d’amitié que tu as reçue?
J’avais un ami, qui est décédé aujourd’hui, qui avait un très grand coeur, le plus grand que j’ai jamais vu. Si j’étais dans une situation où j’avais besoin d’aide, il était toujours là. Peu importe la température, le jour ou l’heure! « Si tu étais pris dans un ouragan à 3h du matin, Jocelyn était là. » J’ai déjà eu un dégât d’eau chez nous. Je l’ai appelé en pleine nuit! Je ne savais pas quoi faire parce que je prenais l’avion le lendemain matin. Il est venu, il m’a aidé et il s’est occupé de ma maison pendant mon voyage.

Un voyage dont tu te rappelleras toute ta vie?
Mon voyage en Europe avec mes enfants. Quand j’ai vendu mon chalet il y a quelques années, on est partis pendant 26 jours. On est allés à Paris, on a dormi dans un château à Val de Loire, on a ensuite visité Prague, Viennes, la Sicile, on a loué une villa à Fontane Bianche et on a aussi séjourné à Rome. Ça a été exceptionnel! Quand tu pars aussi longtemps, tu en oublis presque que tu vis ailleurs!

La saison que tu préfères ?
Je suis sans contredit vraiment un gars d’été! L’hiver, quand il fait très très froid et que tu es pris dehors, ça fait mal en dedans. L’été, même s’il fait très chaud, on peut toujours aller se réfugier à l’ombre. On peut s’installer dehors et avoir du fun avec presque rien! Un parasol, une chaise pliante, une glacière bien remplie; tu n’as pas besoin de plus pour passer une excellente journée! Tu peux aller faire une randonnée en forêt, relaxer sur le bord d’un lac, faire du canoë-camping, du kayak, te promener en voiture décapotable,… J’aime la sensation du vent et du soleil sur la peau, la lumière, les couchers de soleil…

Un film qui te fait du bien?
Je suis fasciné par Le Gladiateur. Pas à cause des scènes de batailles à grand déploiement, mais surtout par le message de fond qu’il véhicule. Il y a une phrase dans ce film qui m’a particulièrement marqué. Quand le personnage de Maximus arrive pour combattre au Colisée, on lui dit: « si tu veux gagner, gagne la foule. Donne à la foule quelque chose qu’elle n’a jamais vu ». Je trouve que c’est un excellent conseil et aussi, l’essence même de notre métier. Quand je « coach » de jeunes humoristes, je leur dis: « C’est quoi ta saveur? Pourquoi j’aurais envie d’aller te voir? Qu’est-ce qu’il goûte ton biscuit? Il y en a plein de biscuits aux pépites de chocolat! Qu’est-ce que le tien a de spécial? »

Le livre qui a changé ta vie?
Conversation avec Dieu – Tome 1. Je ne crois pas en un Dieu, mais j’aime beaucoup croire aux signes de la vie. Par exemple… Quand tu te poses une question et qu’en changeant de poste, tu tombes sur une chanson qui répond à ton questionnement. Ou quand tu te demandes si tu vas aller jouer au tennis avec ton ami Machin Thibodeau et que, quand tu tournes la tête, tu es au coin de la rue Thibodeau… Pour moi, ce ne sont pas de simples hasards. J’étais déjà sensible à ce genre de situations, mais ce livre m’a vraiment ouvert les yeux sur ce phénomène. Quand tu te questionnes sur quelque chose et qu’ensuite, tu fais quelque chose de machinal et que, sans le comprendre, tu obtiens ta réponse; crois-y!! Je fonctionne beaucoup comme ça. J’ai refusé des contrats à cause de ça, et j’en ai accepté quelques-uns aussi.

Ton plus beau souvenir d’enfance?
L’été, ma soeur Martine et moi, on partait vers 21h30-22h, à deux sur mon vélo moto-cross. On était supposés pédaler ensemble, mais elle finissait toujours par arrêter et me laisser faire tout seul. On riait comme des fous! On restait à St-Constant et on allait revirer à la cantine chez Sylvie pour aller s’acheter une patate frite. C’était à 35-40 minutes de chez nous. Elle avait 11-12 ans et moi, 7-8 ans. Aujourd’hui, on ne permettrait jamais à nos enfants de faire ça! Mais dans ces années-là, c’était différent. Nos parents n’étaient même pas inquiets, haha.

L’endroit où tu te sens le mieux au monde?
Sur une belle route, au volant d’une voiture que j’aime. C’est dur à battre comme sensation de bonheur.

Ton bonheur est à la campagne, à la mer, à la montagne ou en ville?
Il est un peu partout! J’ai le bonheur assez facile! Mais si j’avais à les classer par ordre de préférence, je dirais, qu’il est à la mer (parce que ça vient avec l’été… y’a pas grand mer en hiver, haha), à la campagne, en forêt et en ville.

__

Pour suivre José Gaudet:
Facebook: @josegaudet
Instagram: @josegaudet

Partager:

À lire aussi

Entre nous
Le bonheur selon...
Maude Guérin
Entre nous
Le bonheur selon...
Kim Thuy